80 km de vélo pour une poutine

20 septembre 2017

Il paraît que je suis pas une vraie foodie. Je sais pas trop pourquoi, je sais pas à quel critère je ne réponds pas. Peut-être que je ne prends pas assez souvent en photo mon brunch du dimanche ou la tarte aux pommes que j’ai préparée. Ce que je sais, c’est que j’ai participé au parcours gourmand de la Classique des Appalaches dans le Centre-du-Québec. En bref, c’est 80 kilomètres de vélo à travers champs pour goûter toutes sortes de bonnes choses. Si ça c’est pas être foodie, je sais pas ce que c’est!

Le garde-manger du Québec

Avec la région de la Montérégie, le Centre-du-Québec est parmi les régions au Québec qui a la plus grande production agricole. On y trouve 3 234 fermes, soit 11% des fermes du Québec. À l’automne, les champs prennent une couleur jaune oranger qui brille sous la lumière dorée du soleil. À la limite de la chaîne de montagnes des Appalaches, les points surélevés nous offrent une vue géniale sur les environs. Les villages en plus se font très coquets et fiers de leurs maisons de ferme ancestrales.

Parcours gourmand en vélo

La Classique des Appalaches offrait cette année pour la première fois un parcours qui permet de découvrir les plus beaux paysages et les meilleurs produits de la région. Viandes fumées, vin de bleuets et de canneberges, canard, saucisses, bières et fromages, il y en avait pour tous les goûts! Plusieurs de ces produits sont également à découvrir lors des Balades gourmandes (voyez les dates et les parcours ici). La touche de perfection: une voiture avec glacière nous suit pour transporter nos achats. On a donc pu monter toutes les côtes en liberté et en légèreté. Fiou!

Bien que je fasse des triathlons, le vélo n’est pas mon sport favori. Je ne serais donc pas normalement encline à participer à une course de vélo. C’est ce que j’adorais de ce parcours gourmand: ce n’était pas une course. Tout était encadré et sécuritaire, tout le monde était là pour le plaisir d’abord et avant tout. Il y avait même 2 groupes pour satisfaire les plus lents et les plus rapides. Même si je n’ai sûrement pas été la seule à avoir eu envie d’abandonner au 3e arrêt après une section particulièrement, tout le monde gardait le sourire et s’encourageait.

Coup de coeur à Ste-Élizabeth-de-Warwick

Un ami m’avait dit « Si tu arrives le vendredi, il faut que tu ailles à la soirée dégustation de la Fromagerie du Presbytère. » Même si nous nous y arrêtions le lendemain, Mélanie et moi ne pouvions résister à du fromage, de la musique et un pique-nique. Quelle ne fut pas notre surprise en arrivant de voir tout le village envahi de visiteurs. Chaque vendredi, la population passe de 350 à 3000 voir 5000 personnes! C’est une grande fête autour du fromage frais, produit cette journée-là.

Après 8 ans, l’organisation est une machine bien huilée. Les espaces de stationnement sont bien indiqués et une navette en tracteur est disponible. Le Magasin général, en face de l’église, offre pain, saucissons, vin et bières locales. Même pas besoin d’apporter vos propres victuailles! Avec ce magnifique soleil, tout le monde a le coeur à la fête.

Pour parler un peu des fromages, le Bleu d’Élizabeth m’a complètement ravie, le Laliberté a la douce texture du beurre qui me fait encore rêver et le Brie paysan a ce caractère que j’aime tant. Vous devez absolument, lors de votre passage, partir avec un sac de fondue au fromage, question de faire durer le plaisir jusqu’à la maison.

Et savez-vous quoi? C’est un village lié d’amitié avec St-Élie-de-Caxton. Un village qui a retrouvé son lustre et sa brillance grâce à des rêveurs.

Poutine au sommet

Je pourrais dire que finalement, j’ai fait 80km de vélo pour avoir une poutine au canard. Ce serait presque vrai. Les parcours de course se terminaient en haut du mont Arthabaska où le Saint-Graäl nous attendait. En bordure des Appalaches, le mont domine le paysage et offre une vue dégagée jusqu’au fleuve St-Laurent. Le cadre parfait pour déguster la poutine une poutine à l’effiloché de canard, créée spécialement pour l’événement par le Pub l’Ours Noir.

Pourquoi une poutine dans un événement sportif? Mon Dieu! vous n’avez pas idée de ce que les sportifs sont prêts à engouffrer après un effort. Mais c’est surtout parce que Victoriaville se réclame de l’invention de la poutine. Le débat avec Durmmondville n’est pas terminé et ne le sera probablement jamais. Dans tous les cas, vous devriez autant goûter la poutine du Pub l’Ours Noir  et vous devriez aussi essayer celle de la fromagerie Lemaire à Drummondville. Deux styles complètement différents mais tout aussi satisfaisants.

L’automne, c’est la saison des couleurs et des récoltes. La saison pour profiter de tous les plaisirs avant que l’hiver vienne tout recouvrir de son manteau blanc. La Classique des Appalaches était sans aucun doute la meilleure façon de lancer cette magnifique saison.

Merci à Tourisme Centre-du-Québec de nous avoir invités.

2 Commentaires

  1. Commentaire par lili

    lili Répodnre 21 septembre 2017 at 7 h 02 min

    Elle a l’air génial cette grande fête du fromage. Les photos rendent compte d’une très belle ambiance !

    • Commentaire par Pascale Langlois

      Pascale Langlois Répodnre 21 septembre 2017 at 10 h 08 min

      C’est vraiment complètement fou! Dire qu’ils attirent en moyenne 4000 personnes tous les vendredis pendant plus de 20 semaines, c’est digne des plus grands festivals! En plus, la fromagerie vient de remporter 2 autres prix, ce qui leur en fait plus de 30 au total!!!!

Poster une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Allé en haut