Histoire de fée, histoire de pêche à Coaticook

27 août 2017

Coaticook: ville d’un peu moins de 9000 habitants, nichée dans les montagnes dans Cantons-de-l’Est, créatrice de la meilleure crème glacée et de la nouvelle tendance en attractions estivales. On m’a longtemps parlé des gorges, du camping et des randonnées. Mais je l’avoue, c’est l’attraction Foresta Lumina qui m’aura menée pour la première fois dans la région. Il y a de quoi!

La renaissance d’un parc (et d’une ville)

Le Parc de la Gorge de Coaticook voulait créer une attraction qui attirerait autant les gens que son pont suspendu le faisait lors de son ouverture dans les années 90. Ils voulaient un événement, quelque chose qui ferait prendre la route aux visiteurs et coucher une nuit dans la région. Quelque chose qui finalement, rendrait jaloux toutes les autres régions du Québec. C’est ainsi que Foresta Lumina est né. La première année, ils pensaient avoir 7 500 visiteurs, ils ont été pris de court par leur succès de plus de 60 000 visiteurs! Cette année, on assiste à la version 2.0.

J’avais fait la visite à l’automne 2016. J’avais été charmée mais sans plus. Les visiteurs incapables d’arrêter de parler, la difficulté à comprendre le fil de l’histoire, l’absence d’interactions et le parcours très court m’avaient légèrement désenchantée. Pas suffisamment par contre pour me décourager d’y retourner, ou dissuader quiconque d’y aller.

Cette année, l’ajout de tableaux et d’un café en milieu de parcours et à la fin ainsi que de quelques éléments pour mieux faire comprendre l’histoire m’ont complètement séduite. C’est comme si on avait lu dans mes pensées! La magie opère si bien que je continue de trouver le temps trop court. Mais le sachant, j’ai pris le temps avec Émerik de regarder au moins 2 fois chaque tableau. Prendre son temps, c’est le secret pour sortir de l’expérience rassasié.

Je n’ose vous en raconter plus parce que la surprise fait totalement partie du charme. C’est pourquoi j’éviterai aussi de vous montrer trop de photos. Le mystère doit rester entier (ou presque) jusqu’à ce que vous le voyiez de vos propres yeux.

De jour comme de nuit!

Au lendemain de notre visite nocturne, nous avons fait le trajet inverse, partant du terrain de camping, et empruntant les mêmes sentiers que la veille pour voir la forêt du Parc de la Gorge de Coaticook sous un autre éclairage. Les sentiers sont magnifiques mais de voir le pouvoir de transformation créé par Moment Factory est d’autant plus impressionnant. Il va sans dire que le jour, d’autres sentiers s’offrent à nous comme la passerelle en bois qui longe les parois de la gorge. Vertigineux et spectaculaire! L’histoire a laissé également ses traces, comme si nous avions besoin d’encore plus de raisons pour tomber en amour.

Au camping, les jeux d’eau et la piscine nous attendent pour un moment rafraîchissant bien mérité. Émerik s’en donne à coeur joie. En plus des sentiers de vélo de montagne et de la fermette, c’est presque un tout inclus familial que l’on a!

Pratique: Dormir au camping est une excellente option puisque vous pourrez avoir un forfait avec toutes les activités disponibles. Une navette quitte toutes les 10 minutes l’entrée du camping pour nous mener à Foresta Lumina. Prévoyez des bonnes chaussures et évitez les poussettes pour mieux en profiter. En automne, les visites débutent plus tôt, pratique pour les enfants. Si vous ne restez pas en ville, arrivez tôt avant votre départ et prenez le repas au Coffret de l’imagination, juste à l’entrée du parc. Et surtout, surtout, prenez votre temps!

Mon poisson est plus gros que le tien

Dans « l’empire » du parc, on compte également le Parc Découverte Nature. À une quinzaine de kilomètres de la ville, on trouve une pisciculture, un marais, un petit musée et… de la pêche! Après mes nombreuses tentatives infructueuses, cette fois, ça ne pouvait pas manquer! À l’entrée, on nous donne nos canne-à-pêche, un sceau et quelques verres. « Vous devriez en avoir en masse, ça mord tout seul! » C’était sans compter sur ma malchance. Ces petites bêtes sont rusées et partaient avec la moitié de mes verres sans mordre! Ça nous a bien pris 30 minutes pour attraper nos 2 poissons…

Nos prises en mains, nous retournons à l’entrée pour les faire arranger. Quand le guide leur coupe la tête, je suis certaine que j’ai traumatisé mon garçon pour le reste de l’opération. Pourtant non! Dans le jardin, on cueille les herbes qui serviront à la cuisson. Dans le pavillon, on assaisonne, on emballe et on grille le tout. Dans nos plateaux, on a toutes les indications pour défaire notre repas et en tirer le meilleur. Émerik les suit à la lettre, fier comme un paon de sa réalisation.

Un seul parc, une seule ville et tant de façons de créer de la magie!

Ce voyage m’a été offert par Tourisme Cantons-de-l’Est. Ce texte a été écrit par mes blanches mains et n’a nécessité l’approbation de personne.

Poster une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Allé en haut