Des fois j’ai peur

19 avril 2017

Dans quelques jours, je pars au Guatemala. Seule. C’est la première fois. Dans un pays dont je parle si peu la langue. C’était ça mon défi. Parce qu’avec le temps, je me rendais compte que j’avais cette peur (un peu absurde) d’aller dans un pays où il y a de fortes chances que je doive parler avec mes mains ou faire des dessins pour me faire comprendre.

Ma plus grande phobie

Honnêtement, je n’ai pas tellement peur des bestioles, des différences de cultures, du froid, des animaux sauvages (ok peut-être un peu des ours). Mais j’ai vraiment peur de me retrouver à un endroit et de ne pas me faire comprendre. Commander le mauvais truc au resto. Prendre le mauvais bus. Me perdre et ne pas pouvoir demander mon chemin.

Ça a l’air facile tout ça pour les voyageurs aguerris. « C’est pas grave, on finit toujours par se comprendre. » Mais cette explication ne me suffit pas. C’est la part de contrôle que j’ai beaucoup de mal à laisser aller. Après l’année 2016 que j’ai eue (vous pouvez lire ici), j’avais envie de me mettre au défi, de vaincre une peur à ma hauteur.

Contrôler ma peur

J’ai quand même déployé certains moyens pour me rassurer et contrôler ma peur. J’ai réservé un hôtel via Village Monde pour m’assurer une expérience plus authentique mais aussi pour avoir une certaine assurance de la qualité de l’endroit. Non, je ne me jetterai pas dans la gueule du lion.

Ensuite, j’ai demandé conseil auprès d’autres voyageurs pour choisir parmi les centaines d’auberges à Antigua. Finalement, je réserve à l’avance mes billets d’autobus auprès d’une entreprise conseillée dans les guides de voyage. Bref, je minimise tous les risques.

Je me suis aussi lancée dans la révision de mon espagnol rudimentaire. J’arrive à faire quelques phrases et je sais faire la différence entre le poulet et le boeuf. Je devrais réussir à manger à ma faim.

#loveview

A post shared by Guillermo Melgar (@guillermomelgar) on

Pourquoi le Guatemala?

J’avais seulement quelques jours pour partir. Je voulais un pays où on ne parle ni français, ni anglais. Je voulais un billet d’avion à moins de 500$. Voilà, c’est comme ça que j’ai choisi! J’ai vérifié les avertissements auprès de l’agence des douanes du Canada et, encore une fois, demandé conseil à des amis voyageurs. J’ai vite compris que je ne devais pas rester à Guatemala City. Je suis tous les conseils à la lettre pour ne pas me mettre dans le trouble.

Au final, les endroits où j’ai eu le plus de difficulté à me faire comprendre sont souvent des pays francophones. Quand je me rappelle ce fait, quand je réussis à le faire parler plus fort que ma petite voix intérieure, j’arrive à me dépasser.

Il faut croire en ses propres moyens. Et je suis une femme pleine de ressources.

Suggestions:

Lisez Le voyage pour les filles qui ont peur de tout de Marie-Julie Gagnon et Ariane Arpin-Delorme. J’y ai trouvé plusieurs trucs mais surtout, je me suis rendu compte que je n’avais pas si tant peur que ça…

Lisez également le dossier du magazine Protégez-vous sur les destinations qui valent le coup. La carte vous donne d’excellents indices pour vous guider dans votre choix.

4 Commentaires

  1. Commentaire par Marie-Julie

    Marie-Julie Répodnre 19 avril 2017 at 12 h 45 min

    Bon voyage!!!! J’ai longtemps rêvé du Guatemala, que j’ai mis de côté pour un million de raisons. C’est drôle à quel point on a pas tous les mêmes peurs. Moi, la barrière de la langue ne m’effraie pas du tout. Il faut dire qu’étant nulle pour apprendre une langue, si je m’étais arrêtée à ça, je ne serais jamais allée nulle part. Par contre, la criminalité, ça, ça me terrorise! Tu as bien fait de demander conseils à d’autres voyageurs. La meilleure façon d’avoir l’heure juste. Je te souhaite un merveilleux voyage!!!!! Hâte de te lire!

    • Commentaire par Pascale Langlois

      Pascale Langlois Répodnre 19 avril 2017 at 13 h 54 min

      Je ne peux pas dire que la criminalité ne m’inquiète pas. Mais les règles sont simples pour le Guatemala: tu ne restes pas à Guatemala City et tu voyages en bus des agences de voyage. Mais pas sûre que je me serais aventurée avec les enfants. J’en reparlerai.

  2. Commentaire par Lili de Jolis Voyages

    Lili de Jolis Voyages Répodnre 20 avril 2017 at 8 h 04 min

    Bon voyage chère Pascale ! Cela va être une belle expérience !

    • Commentaire par Pascale Langlois

      Pascale Langlois Répodnre 20 avril 2017 at 8 h 29 min

      Je l’espère. Je pense être prête.

Poster une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Allé en haut