Lac Atitlan en mode éco-responsable

10 mai 2017

Un grand lac, entouré de montagnes volcaniques. La tête dans les nuages en cette veille de saison des pluies. Les pêcheurs qui chantent avec les oiseaux au petit matin. Un oasis coupé du reste du pays. On oublie qu’au-delà de ces montagnes, il y a autre chose. Je respire.

Autour du lac Atitlan, les petits villages se suivent et ne se ressemblent pas. Habités majoritairement par des Mayas, les traditions y sont omniprésentes. Un bain de culture à chaque coin de rue.

En cette année mondiale de tourisme durable, la découverte de ce paradis tombe sous le sens.

 

San Pedro et son volcan

J’ai commencé mes préparatifs en regardant sur le site de Village Monde pour trouver un hébergement au Guatemala. Le hasard a voulu qu’il n’y ait qu’un hôtel proposé et qu’il se trouve à San Pedro (ils préparent présentement une campagne pour agrandir leur offre d’hébergements). Je voulais sortir des sentiers battus et m’assurer d’aller à la rencontre des habitants. C’est ainsi que j’ai atterrit à l’hôtel Mikaso, véritable joyau. Les pieds dans l’eau, un restaurant sur le toit, entouré de villageois et dans un quartier paisible. Je ne pouvais demander rien de mieux après 24 heures de transport!

Dans le guide que j’avais acheté, très peu d’informations sur le village. On y mentionnait qu’il n’y avait pas de nom de rues. Ce qui m’intriguait au plus haut point! Le tuk-tuk est le principal moyen de transport, principalement parce qu’il peut se faufiler partout.

Toutes les rues sont colorées par les habits traditionnels des femmes. Tout près du quai, en haut de la côte, on retrouve d’ailleurs une coopérative de tissage qui vient en aide au mères monoparentales et aux femmes battues.

Au marché, on retrouve les produits cultivés autour du village. Voisin du Mikaso, Jeronimo entretient un magnifique jardin qui embaume. Il nous reçoit avec une chaleureuse accolade et un large sourire. Je me suis délectée de ses limes.

Près de l’eau, il n’y a qu’une rue où on retrouve hôtels et restaurants. On n’a qu’à faire 3 pas pour rencontrer les sourires mayas. Une belle immersion.

San Juan en coopération

Le village voisin de San Pedro, San Juan, n’est pas du tout touristique. Il ne compte que 4 hôtels. Ce sont ses nombreuses coopératives qui font rouler l’économie du village. Café, tissage, chocolat: toutes les spécialités y sont. Tout est fait à petite échelle et implique des dizaines de familles. Ils sont extrêmement fiers de vivre de leur culture tout en respectant la nature. Je me suis rarement sentie aussi utile qu’en visitant ce village.

 

Au Ajto’ooneel Ixoq nous rencontrons des artisanes qui nous apprennent les techniques utilisées pour filer, teindre et tisser leurs tissues mondialement reconnus. J’étais pas trop mal au filage! Une expérience vraiment unique. Il paraît également que vous pouvez y manger un repas traditionnel et faire un atelier de tissage. Contactez-les ici: http://ajtoooneelixoq.com/

Le café est également un incontournable. Juan nous a emmenés visiter une coopérative dont il ne nous a pas dit le nom. Il nous a expliqué les étapes de préparation du grain de café avant qu’il parte vers Guatemala City et San Diego. Mais avant, les habitants s’en gardent un peu, en font la torréfaction et j’ai pu goûter au fruit de leur travail au Café San Juan. L’endroit idéal pour faire une pause. Ils offrent également des tours mais sachez que la saison de la récolte est de novembre à mars.

Pour un guide et chauffeur de tuk-tuk génial, appelez Juan au 56 33 77 38. Je vous promets que vous serez entre bonnes mains.

Connecter avec les Mayas au Indian Nose

Rachel de Découverte Monde avait un plan: monter le Indian Nose au lever du soleil. Je lui serai toujours reconnaissante de m’avoir acceptée dans leur petit groupe pour vivre cette expérience. Jamais je n’aurais osé monter là-haut, seule avec un guide dans la noirceur du très petit matin.

Andres a été un excellent guide. Il a eu un oeil bienveillant sur nous tout le long de la montée. Dans la noirceur, on entend tranquillement le village de Santa Clara se réveiller. Les chiens, puis les coqs et les oiseaux. Aux aurores, on entendait la fanfare se pratiquer pour les festivités à venir.

 

En haut, de jeunes fêtards avaient visiblement passé la nuit là. Andres nous dit qu’il faut monter encore 5 minutes pour avoir la meilleure vue. Bon dieu qu’il avait raison! Une vue à 360, loin de l’action plus bas. Les nuages balaient les montagnes et prennent des teintes de rose, de mauve et de gris. Soudainement, cette boule orangée apparaît au-dessus des nuages. Les appareils photos se font aller le cliquetis. Et moi je verse une larme en silence. C’est trop de beauté et de perfection pour mon petit coeur. Et dire que je dois quitter ce paradis quelques heures après…

Une fois remis de nos émotions, Andres nous explique qu’il y a là un lieu de culte où on fait encore des sacrifices aux dieux. Il nous parle aussi de l’importance du maïs et de la signification de chaque couleur: le noir pour la mort, le blanc pour la paix, le rouge pour le sang et le jaune pour la joie. Il nous a parlé des différentes communautés mayas et de leurs dialectes. Visiblement fier de sa culture et de ses racines.

Ce qu’il reste à voir…

Je ne vous parle pas de San Marcos que je n’ai pas du tout aimé. Peuplé de gringos vivant en marge des villageois, un repère hippie qui n’a rien à voir avec ce que j’ai vécu à San Pedro. Panajachel n’a été qu’une transition pour moi, un endroit où l’autobus arrêtait pour me débarquer puis me reprendre. Ses hôtels de luxe et ses grandes tours ne m’intéressaient pas. Par contre, il y a tout l’autre côté du lac que je n’ai pas eu le temps de visiter: Santiago et Santa Catarina. Et mille expériences que j’aurais voulu vivre mais qui devront attendre une autre visite. Pour le moment, ces 3 jours m’auront donné un goût du Guatemala authentique et souriant.

Et puis, ça vous donne envie d’y aller?

Épinglez-moi sur Pinterest!

Autour du lac Atitlan, les villages se suivent et ne se ressemblent pas. Habités par les Mayas, les traditions y sont omniprésentes. Un vrai bain de culture.

7 Commentaires

  1. Commentaire par Tatiana - Weekend and Trips

    Tatiana - Weekend and Trips Répodnre 12 mai 2017 at 4 h 37 min

    Nous y étions il y a deux ans 🙂 Bon nous étions en voyage avec mon boulot donc pas vraiment libre de visiter comme nous le souhaitions. Mais ça nous a donné le goût d’y retourner en mode solo 🙂
    Le lac Atitlan est l’un de mes plus beau souvenir de voyage 🙂

    • Commentaire par Pascale Langlois

      Pascale Langlois Répodnre 16 mai 2017 at 8 h 11 min

      J’ai vraiment été jetée à terre. Je ne m’attendais pas à ça!

  2. Commentaire par Martine

    Martine Répodnre 12 mai 2017 at 13 h 50 min

    C’est beaaaauuuuuu!!!! ça donne envie de découvrir le Guatemala! Mais on ne voit pas ton œuvre de tissage!! 😉
    Merci pour ces belles photos!

    • Commentaire par Pascale Langlois

      Pascale Langlois Répodnre 16 mai 2017 at 8 h 10 min

      Et non! Je n’avais pas le temps de prendre un vrai cours de tissage. La prochaine fois.

  3. ping de retour Balade à Antigua - Scouich

  4. Commentaire par carla

    carla Répodnre 22 mai 2017 at 20 h 45 min

    c’est tellement beau! et ton aventure, même si elle n’a duré que quelques jours, pour te reconnecter avec toi même et oser, est très intense et touchante…

    • Commentaire par Pascale Langlois

      Pascale Langlois Répodnre 23 mai 2017 at 7 h 56 min

      Merci! J’ai affronté des peurs et j’ai fait de superbes rencontres. C’était parfait!

Poster une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Allé en haut