Le sapin magique du Verger Champêtre

13 décembre 2017

La maison de ferme est baignée d’une lumière chaleureuse. La tourtière achetée à la boutique embaume l’air. La musique de Noël joue en trame sonore de notre soirée. Les petits jouent aux Legos sur le plancher du salon. C’est Noël, deux semaines à l’avance.

L’année dernière, pour la première fois, nous avons coupé nous-même notre sapin de Noël. Un moment magique que j’avais envie de répéter cette année. Avec sa maison de ferme et son décor féérique, le Verger Champêtre était tout indiqué. Surtout que connaissant l’accueil extraordinairement chaleureux de Thérèse et Mario.

Dès notre arrivée, les décorations en mettent plein la vue à toute la famille. La boutique regorge de bons plats, le choix pour le souper est difficile, les négociations sont serrées. La tourtière sera finalement accompagnée d’une soupe gratinée avec croutons à l’ail et une tarte aux pacanes.

La nuit est douce et tranquille. Le silence et la chaleur me rappellent la maison de mes grands-parents maternels. Là où il n’y avait que quelques voisins, des champs et un boisé. La nuit, donc, est d’un sommeil grandement réparateur. Au réveil, le décor s’est vêtu de blanc et pendant que la neige continue de tomber, on flâne tous en pyjamas. Dans le lit à deux étages, mes cocos s’inventent des histoires et des aventures avec les petits alpagas en peluche. Un doux dimanche matin.

Pour faire durer le plaisir, on commence notre visite avec une séance de flattage d’alpagas, de poneys, de chèvres et de moutons. C’est toujours un combo gagnant avec des enfants. Ils sont tellement drôles et attachants, qu’on en oublie presque notre mission première: aller couper un sapin.

C’est une mission de la plus haute importance! Dans le vent et dans la neige, la quête est prise très au sérieux. Celui-ci est trop petit, celui-là a trop de cocottes, l’autre lui manque quelques branches. Même si au premier abord, on pourrait croire qu’ils se ressemblent tous, il faut trouver l’arbre parfait, celui qui décorera notre salon et accompagnera nos festivités de fin d’année. Lorsqu’enfin toute la troupe se met d’accord sur un conifère, c’est l’ado qui reçoit la tâche de la coupe. Pas de scie mécanique! Il accomplira la coupe à la force de ses bras.

Pour nous récompenser de nos efforts, nous prenons un chocolat chaud bien mérité dans la grange. Et un petit morceau de fudge maison, parce que pourquoi devrait-on s’en priver? Dans cette grande salle décorée, les petits s’amusent avec le théâtre de marionnettes et les font danser comme un soir de réveillon.

Dans la voiture, sur la route du retour, notre belle prise verte embaume l’habitacle. Déjà, on commence à planifier et à négocier sa décoration. Alice prendra les guirlandes, papa les lumières et Émerik les boules de Noël. Vivement que cette tradition se poursuive l’année prochaine!

Poster une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Allé en haut