Les volcans du Guatemala: Pacaya et San Pedro

24 mai 2017

Depuis que je suis toute petite, j’ai une grande fascination pour les volcans. Une telle force de la nature qui façonne notre planète depuis des millions d’années. Un témoin privilégié de l’évolution et de l’histoire. J’étais donc très excitée d’aller à la rencontre de ces géants au Guatemala. Histoire de 2 ascensions.

Volcan San Pedro

Après mes 24 heures de transport pour me rendre à l’hôtel Mikaso à San Pedro, je discute tranquillement avec le jeune homme à la réception. Je voulais savoir si, comme on me l’avait dit, l’ascension du volcan San Pedro, notre voisin, n’était pas recommandée. Il m’a alors annoncé qu’il avait organisé un guide pour 2 autres jeunes hommes de l’hôtel.

Je me dis que c’est le plan parfait: ne pas me retrouver seule et aussi ne pas me retrouver seule avec un guide. Plus de gens, plus de sécurité. Le départ est prévu pour 7h le lendemain matin. Je me couche tôt mais me réveille aussi beaucoup trop tôt. À 4h30, avec le décalage horaire et les bruit des oiseaux, impossible de me rendormir.

À 7h, je rejoins mon guide et mes comparses de randonnée: 2 jeunes hommes de Boston, ville reine du marathon. Je sais déjà que je vais les ralentir. Il est tôt mais l’humidité et la chaleur se font déjà sentir. Moi qui vivais encore sous les 10 degrés de Montréal la veille, mon corps n’a pas encore enregistré la différence de température.

J’essaie de suivre le rythme, de rester calme, de garder mon souffle. Je m’arrête toutes les 5 minutes et j’ai envie de vomir. Au bout de 30 minutes, je sens que les 2 fringants bostonnais m’en veulent déjà. Je n’en peux plus, j’abandonne.

De retour à l’auberge, je fais une sieste de 2 heures!!!! C’est dire à quel point mon corps était fatigué et absolument pas prêt pour une telle ascension. Même si j’étais déçue, je savais que j’avais pris la bonne décision. Au soir, alors que je croise les valeureux randonneurs, ils m’ont dit que j’avais arrêté avant que ça devienne vraiment difficile. Fiou!

Bref, ça vous prend de bonnes bottes, de l’eau, une veste lorsque vous arrivez en haut et un guide. Le chemin est « semi » balisé et plusieurs chemins alternatifs mènent aux plantations. Demandez auprès de votre hôtel pour trouver un bon guide.

Volcan Pacaya

Le volcan Pacaya est un des quelques volcans toujours actifs du Guatemala. Son ascension est classée « moyenne » et toutes les agences de voyage d’Antigua offrent l’expédition. J’ai réservé auprès de mon hôtel qui fait affaire avec une agence fiable. Pour une ascension plus au frais, j’ai opté pour le départ de l’après-midi, moment où le soleil se cache un peu et le vent se lève.

Après 2 heures d’autobus, nous arrivons à l’entrée du parc de conservation du volcan. Nos guides nous attendent. Ils seront 2 à s’assurer que tout le monde se suit bien. Des pauses fréquentes sont prises pour que l’on boive de l’eau et reprenne nos forces. Parce que Pacaya n’a rien de comparable aux montagnes du Québec. L’altitude rend les choses un peu plus difficiles mais la montée est aussi très abrupte. Sans parler qu’à l’approche du sommet, les sentiers sont recouverts de pierres volcaniques qui roulent sous nos pas.

Le brouillard nous bloque la vue mais nous plonge dans une ambiance des plus mystique. Là, au milieu de ce champs de pierre volcaniques avec le souffle du volcan comme trame sonore. On ne voit pas à plus de 10 mètres devant nous. Je suis conquise par tant de magie. Nous marchons encore quelques mètres pour trouver des trous où nous faisons griller des guimauves. Un bbq de roches volcaniques! Même ceux qui n’aiment pas les guimauves ne peuvent résister à cette expérience unique.

Avant de redescendre, notre guide prend quelques instants avec moi pour écouter le souffle du volcan. Un moment de communion où j’ai l’intime sensation d’entendre la terre respirer. La descente se fait à la lumière de nos téléphones cellulaire. Bientôt, en plus d’entendre le souffle en haut, nous percevons les orages plus bas. Oui oui, des orages en-dessous de nous!

Prévoyez un bon livre pour le transport, de l’eau, une collation et une veste puisqu’il fait plutôt frais en haut. L’expérience vous coûtera environ 110 quetzales.

Avez-vous déjà monté un volcan? Quelle a été votre expérience?

Épinglez-moi sur Pinterest!

2 Commentaires

  1. Commentaire par Marie-Ève

    Marie-Ève Répodnre 24 mai 2017 at 18 h 17 min

    Déjà monté un volcan au Costa Rica, le Rincon de la Vieja (littéralement le coin de la vieille). On nous faisait signer une décharge en bas. En haut soufflait des vents de 120 km/h, sur une crête lorsqu’on tournait la tête nos lunettes partaient au vent. Mon chum a tenu à aller marcher sur une petite crête de 2-3 pieds de large en bas de laquelle se trouvait un lac d’acide. La température était brumeuse tout comme toi. Toute une expérience!!!

    • Commentaire par Pascale Langlois

      Pascale Langlois Répodnre 1 juin 2017 at 6 h 33 min

      Ouf! Le coup du lac d’acide j’aurais jamais osé!

Poster une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Allé en haut