Magog: autour du lac

16 août 2017

Le lac Memphrémagog est tout simplement magnifique. Un superbe bijou, déposé au milieu des Cantons-de-l’Est. J’adore prendre les routes qui le longent et me balader dans le centre-ville de Magog. Que diriez-vous que je vous propose 2 activités méconnues autour du lac?

Un kayak dans le bayou

Si vous êtes déjà allé à Magog, vous êtes passés dix fois, cent fois, mille fois à côté de la Rivière aux Cerises et de son marais, sans doute sans jamais l’avoir remarqué. Pourtant, avec Vie de plein air, vous pouvez arpenter ces eaux calmes à bord d’un kayak, d’une planche de SUP ou même d’un kayak à fond clair! Oui oui! Un kayak qui ouvre la vue sur ce qui se passe en dessous en vous. Génial!

C’est donc à bord de ce kayak double bien spécial que fiston et moi sommes partis à la découverte de ce marais calme et accueillant. On va se le dire: les eaux d’un marais, c’est pas très limpide. On ne voit donc pas beaucoup de choses sous le kayak mais voir passer les nénuphars est très amusant. La balade est facile et amusante. Un kayak tandem, c’est déjà très stable mais le fond plat de celui-ci fait qu’il est pratiquement impossible à faire chavirer. Parfait pour les petites mains curieuses de fiston qui attrape les algues et caresse les nénuphars.

Au bout du marais, la rivière entre dans un boisé qui donne l’impression d’un bayou. Les arbres sont cambrés au-dessus de l’eau, les branches font office de parasol. Le petit labyrinthe offre un intéressant changement de paysage et une pause fraîcheur. En prenant bien notre temps, nous sommes de retour au point de départ en moins de 2 heures. Le temps se couvre sur le mont Orford, c’est le temps d’aller se mettre à l’abris.

En complément, on peut aller au Centre d’interprétation du marais et y faire quelques randonnées pour observer ce milieu naturel sous un autre angle.

Sous terre, l’épopée de Capelton

À une vingtaine de kilomètres de Magog, on trouve une ancienne mine de cuivre. Creusée à force de bras, à la lumière des chandelles, elle fait plus de 20 étages de hauteur. La mine Capelton faisait en fait partie d’un complexe de 3 mines, aux côtés de la mine Albert et Eustis. Si Georges Capel croyait d’abord trouver de l’or, le cuivre n’aura pas été une déception. Le site a été abandonné entre 1939 et 1994, jusqu’à ce qu’un projet de la famille Vallières-Langlois (pas de parenté avec moi) décide de remettre en valeur le site.

Pendant la montée en « autobus », les guides nous mettent en contexte: à l’époque de la mine, les mineurs devaient faire cette montée avec tout leur matériel. Une petite balade de santé de 20 minutes avant d’atteindre leur lieu de travail. Au passage, on nous pointe du doigt le petit trou de souri par lequel ils devaient entrer. Heureusement, on nous réserve un tunnel un peu plus adapté pour entrer.

La vie de travail des mineurs que notre guide nous raconte est tout à fait fascinante. Fiston n’en perd pas un mot.  La façon dont ils devaient piocher, un coup à la fois pour placer la dynamite, les petits bancs pour manger leur lunch et faire une petite pause, la technique pour descendre les ânes dans la mine, etc. Plusieurs jours après notre visite, fiston continuera de dire que les femmes n’avaient pas le droit d’entrer dans la mine sous peine de mort. Une visite qui lui a fait une forte impression.

Un secret

Au coin de la route, vous devez vous arrêter au Marché de la Ferme Beaulieu. Au milieu des champs, vous trouverez les meilleurs beignes à l’érable du MONDE! Ma bouche salive encore à son souvenir. Vous seriez vraiment fous de ne pas y faire un tour. Mais chut! Ne le dites pas trop fort, je veux qu’il m’en reste!

Bref, le lac Memphrémagog cache beaucoup de secrets, en plus de son monstre. En avez-vous d’autres à me proposer?

Ce voyage a été fait en partenariat avec Tourisme Cantons-de-l’Est.

Poster une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Allé en haut